Comment utiliser les moyennes mobiles en bourse?

Dans cette série de 2 articles nous allons aborder comment utiliser les moyennes mobiles dans votre trading.

Le cours (ici) vous a appris :

  • Le concept de moyenne mobile
  • Calculer différents types de moyennes.

Chacune à ses avantages et ses inconvénients.

Pour ce 1er article vous apprendrez à définir les moyennes pertinentes pour le marché, les afficher sur votre graphique et les pièges à éviter.

Les objectifs de cet article

  • Comprendre le piège de la suroptimisation d’une moyenne.
  • Définir les valeurs de moyennes mobiles que vous devrez utiliser.

Partie 1: Introduction

Les moyennes « mobiles » sont un des indicateurs les plus connus dans le monde du trading. Elles font partie de la catégorie des indicateurs de tendance.

Pourquoi l’appelle t’on moyenne « mobile » ?

Une moyenne représente toujours le prix moyen sur une période donnée, par exemple 20 périodes. 

Lorsqu’une nouvelle période arrive, la 21ième période sort de la formule de calcul.

Une nouvelle valeur de la moyenne est calculée. La formule se déplace avec le temps, elle est donc mobile.

Les moyennes mobiles sont représentées simplement grâce à une courbe. Néanmoins même si la construction de la moyenne arithmétique (la plus simple qui existe) est aisée, la moyenne exponentielle ou encore la pondérée nécessite une compréhension bien plus fine.

Une moyenne mobile est une courbe que l’on ajoute en tant qu’indicateur sur le graphique du prix.

Plus cette période sera courte, plus la moyenne réagira aux fluctuations du prix. Et inversement, une moyenne avec une période longue lissera fortement les fluctuations de celui-ci.

Une moyenne avec une période courte réagira rapidement au changement de direction du prix mais vous obtiendrez en conséquence une courbe très découpée. A l’inverse avec une période longue votre courbe sera lissée mais le temps de latence par rapport au prix sera fortement augmenté.

1.1 Rappel sur la construction d’une valeur moyenne

Une valeur moyenne simple s’obtient simplement en additionnant les valeurs des différentes périodes et en divisant par ce même nombre de périodes.

Formule de calcul pour une moyenne arithmétique

Cette formule simple est celle de la moyenne arithmétique. Les formules se compliquent pour les moyennes où l’on applique un coefficient K (moyenne exponentielle) ou un critère de pondération (moyenne pondérée).

Calculer une valeur moyenne arithmétiquement trading

1.2 Rappel sur les différents types de moyennes mobiles en trading

Nous en venons donc sur les différents types de moyennes.

Ce que vous devez retenir c’est qu’il existe un nombre important de moyenne mobile en tant qu’indicateur, néanmoins 3 grandes catégories ressortent :

  • L’arithmétique
  • L’exponentielle
  • La pondérée

La moyenne mobile arithmétiques MMA, (SMA pour Simple Moving Average en anglais), se calcule simplement en ajoutant les valeurs des périodes et en divisant par ce même nombre de périodes. Rien de bien compliqué ici.

La moyenne mobile exponentielle MME (EMA pour Exponential Moving Average en anglais) existe pour corriger la principale faiblesse de la moyenne MMA : son manque de réactivité.

Le principe général de la MME est d’appliquer une part du prix de clôture actuel à la précédente valeur de la moyenne mobile grâce à un coefficient qui décroit exponentiellement avec le temps.

Le but est de donner plus d’importance aux cours récents.

La moyenne mobile pondérée MMX (WMA) Elle ressemble à l’exponentielle avec ses mêmes avantages et inconvénients mais les coefficients appliqués sont des valeurs et non des %.

Partie 2: Quelles valeurs utiliser pour vos moyennes mobiles ?

Vous connaissez maintenant parfaitement la différence entre les différents types de moyenne mobile en trading. Jusqu’ici nous sommes restés concentrés  sur la définition et la construction d’une moyenne (MMA et MME).

Passons maintenant à la pratique.

En analyse technique et graphique vous devrez respecter un élément essentiel : Le marché

C’est l’ensemble des intervenants donc par extension le marché qui détermine les différents niveaux sur lesquels le prix est susceptible de réagir. Encore une fois, il n’y pas de certitude, simplement des convictions  étayées par des statistiques.

Pour notre indicateur technique la moyenne mobile, cela signifie : utiliser une moyenne avec un nombre de périodes  judicieusement choisi pour suivre au mieux les fluctuations du marché.

Notre but ?

Exploiter les mouvements du marché grâce à ces moyennes.

Nous allons maintenant voir de quelles façons et avec quelles valeurs vous pourrez les utiliser.

2.1. Utiliser des valeurs arbitraires

Il n’y a rien de plus facile que d’afficher une moyenne mobile sur un graphique boursier. Nos plateformes de trading adorées comme Pro Real Time, Trading View, et bien d’autres le gèrent très bien.

En réalité la vraie question est de savoir quelles valeurs de moyenne choisir concrètement pour votre activité de trading.

Commençons par étape : faites l’exercice de déterminer selon votre envie 3 valeurs de moyennes (période courte – moyenne et longue).

Voici donc un graphique nu représenté  en chandeliers japonais en unité de temps journalière.

Action BNP PARIBAS représenté en chandelier Japonais

Ajoutons dessus nos 3 moyennes mobiles choisies (ici ce sont des moyennes arithmétiques).

moyennes mobiles avec un nombre de périodes non optimisée

Comment exploiter ce graphique maintenant ?

  • Premièrement notre moyenne à 2 périodes est tellement courte qu’elle en est devenue inutilisable. Elle est bien trop collée au prix. Ses fluctuations sont incessantes.

Il n’en ressort aucune donnée  utile , le prix ne fait que la traverser, logique puisque c’est une moyenne.

  • Notre 2ième moyenne à 68 périodes est une moyenne moyen terme. Elle est déjà bien plus pertinente puisqu’elle permet de dégager une tendance sur le prix. Celle-ci reste haussière même si le prix consolide ou corrige.

Néanmoins on s’aperçoit rapidement que le nombre de périodes choisies n’est pas optimal. Le prix rebondit effectivement mais la transperce à chaque fois.

Dans ces conditions déterminer des niveaux de supports et résistances nécessite de prendre en compte de large zone. On recherchera tout de même à être plus précis.

  • Notre dernière moyenne sera fixée à 300 périodes. Ce genre de moyenne permet d’obtenir une vision long terme de l’actif.

Nous verrons dans le 2ième article que la pente de la moyenne est importante mais que la position du prix par rapport à celle-ci l’est tout autant. Le but est de déterminer si la tendance du prix est haussière / baissière ou neutre.

Voici une métaphore très utile pour comprendre ce concept d’unité de temps.

Pensez à l’océan avec ses marées, ses vagues et son clapot.

Une vague peut se retirer un peu plus que les autres mais si la marée est montante vous ne pourrez pas lutter bien longtemps contre la montée des eaux.

Que pouvons-nous en déduire ?

Une correction sur le prix peut arriver, mais si la tendance de fond long terme est haussière celui-ci cassera sa résistance et repartira de l’avant.

L’inverse est également vrai. Un rebond même puissant arrive fréquemment en tendance baissière, pourtant à la 1ere résistance graphique ou   une moyenne long terme baissière, celui-ci est mis en échec, retombe et réalise de nouveau plus bas. (Pour creuser le sujet, le cours N°2 sur la théorie de Dow est parfait).

Voilà , nous venons de réaliser l’exercice avec nos 3 moyennes choisies personnellement qui correspondent chacune à une unité de temps (court – moyen – long terme).

La fonction première de la moyenne est bien respectée, puisque les variations de l’actif sont lissées.

En revanche nos choix de périodes ne sont pas les bons.

Eh oui, la force d’une moyenne est d’être utilisée par un grand nombre de traders. Plus ce nombre sera important, plus les signaux qu’elle enverra  seront utilisables et surtout fiables.

2.2. Attention à la sur optimisation

Avant de passer au paragraphe sur les valeurs de moyennes que le marché surveille, je souhaiterai  vous parler d’un problème auquel j’ai été confronté (et peut être vous aussi).

Celui de la sur optimisation, il en existe 2 types :

  • La sur optimisation temporel
  • La sur optimisation sur un actif

Quand on commence à mettre réellement les mains dans le cambouis en s’intéressant de près aux moyennes, notre 1ere idée est de vouloir trouver la moyenne parfaite. Celle où le prix réagira systématiquement dessus pour nous fournir des signaux fiables.

Eh bien je vous le dis , vous la trouverez, et même assez facilement ! Le top non !

Mais un problème de taille va surgir rapidement, votre moyenne est optimisée mais elle est surtout sur optimisée. C’est-à-dire que votre moyenne ne va fonctionner que pour un actif en particulier ou alors pour un contexte temporel bien précis, comme par exemple un marché haussier où chaque bonne nouvelle est amplifiée et les mauvaises négligées, et c’est bien là le problème.

Quand les conditions changent, un marché haussier devient neutre, les prix ne réagissent plus du  tout de la même façon.

La plupart du temps on ne backtest tout simplement pas nos résultats (ou alors on le néglige), soit par manque de temps ou alors par manque de connaissances. Pourtant cette étape est cruciale.

Avant de se lancer à la recherche du Graal prenez le temps de comprendre le marché.

2.3. Les moyennes suivies par le marché

Pour exploiter au mieux ces moyennes, il existe des valeurs que tous les traders/investisseurs et analystes graphistes connaissent.

Alors lesquelles ?

Nous allons classer ces moyennes en différentes catégories :

Les differentes valeurs de moyennes mobiles à suivre en trading

Ces valeurs de moyennes  mobiles  sont connues par tous les intervenants du marché. Il en résulte donc que tout le monde observe les mêmes niveaux. Intrinsèquement, plus une moyenne sera suivie plus ses niveaux deviendront importants.

Ce phénomène est connu dans le cadre plus général de l’analyse technique sous le nom de la prophétie auto-réalisatrice.

Vous devez donc afficher sur votre graphique une ou plusieurs de ces moyennes que le marché considère comme des niveaux pivots dynamiques fiables.

2.4. L’affichage de vos moyennes sur le graphique

Affichons donc nos moyennes sur notre graphique. Nos plateformes de trading permettent en toute simplicité d’afficher une ou plusieurs moyennes mobiles.  (Fiche pratique)

Vous pouvez bien sûr afficher et utiliser une seule moyenne qui correspond à votre style de trading et votre horizon de placement.

Ici, je vais afficher 3 moyennes avec lesquelles j’ai l’habitude de travailler. Elles sont d’ailleurs présentes  sur les graphiques que je poste sur mon compte Twitter,

3 moyennes pour 3 horizons de temps différents :

Court terme : M7 ou M20

Moyen terme : M50

Long Terme: M200

Voici notre graphique avec ses moyennes :

Moyennes mobiles présentation

Un conseil :

Je recommande d’utiliser plusieurs moyennes mobiles sur son graphique, mais attention n’affichez pas plus de 4 moyennes. Au-delà vous surchargerez inutilement votre graphique.

Votre serez incapable de passer à l’action avec des signaux potentiellement contradictoires.  Affichez simplement une valeur de moyenne correspondant à un horizon de temps.

3. Conclusion

La moyenne mobile est un précieux allié pour déterminer une tendance.  On l’ajoute simplement sur un graphique de prix, néanmoins des règles d’usages existent.

L’intérêt d’une moyenne se trouve dans le fait que le prix réagisse dessus, soit positivement grâce à un rebond ou alors négativement avec une cassure. Dans les 2 cas une information est donnée.

 N’oubliez jamais que le prix est le résultat à l’instant T des forces acheteuses contre vendeuses.

Ce sont ces forces qui font que le prix réagit sur cette moyenne mobile.

Vous pouvez toujours optimiser votre méthode en choisissant une moyenne plus fine pour votre style de trading mais gardez toujours en tête qu’une moyenne mobile pour être utile et fiable doit être suivie par le plus grand nombre d’intervenants  sur les marchés.

Dans ce 1er article nous avons déterminé les différentes valeurs (M7M20M50M100M200) que peuvent prendre nos moyennes mobiles. Dans le 2ième article  nous allons exploiter les signaux que nous fournissent ces moyennes.