Mes débuts en bourse

J’ai découvert les marchés financiers après la crise financière de 2008, c’est à ce moment-là que j’ai commencé à regarder quelques sites d’actualités financières. Au début je survolais les articles, ne regardais que très peu les graphiques mais lisait beaucoup les forums.

J’ai investi dans mes premières actions véritablement en 2009, des bancaires notamment avec un succès assez nouveau et étonnant pour moi à l’époque. On entend souvent l’expression « chance du débutant » ou alors « au feeling » et bien c’était tout à fait cela. Nous étions à ce moment-là dans un contexte de marché particulier.

La crise de 2008 des subprimes avait eu des conséquences redoutables sur les actions en étant revenues sur des niveaux très bas et attractifs pour le marché. Un point bas avait été atteint par les marchés en mars 2009. Evidement cette analyse je la réalise maintenant en 2018, dix ans plus tard.  Le recul aide à analyser mais à l’époque mon investissement a été couronné de succès simplement par de la chance, aucune analyse graphique ni même fondamentale, juste du feeling.

L’époque du hasard

Vous devinez la suite ? Non ? Et bien cette chance a durée, oui, enfin un peu. Malheureusement pour moi la sensation de contrôle que j’éprouvais n’était au final qu’un leurre. Je n’investissais pas tous les jours et surveillais les marchés de plus ou moins près. Je n’avais aucune routine quotidienne, je ne savais même pas ce que cela était.

A partir de 2011 c’est devenu un peu plus erratique, j’enregistrais bien quelques pertes mais pas encore au point de me faire changer mes habitudes. J’investissais toujours sur une news ou bien sur le post d’un forum qui démontrait pourquoi cela ne pouvait que monter. Je n’avais aucune stratégie, aucun point d’entrée. En y réfléchissant cette vision est assez effrayante, c’était comme conduire les yeux fermés, tant que la route est droite tout va.

Les biotechnologies ont été ma première sortie de route.

Jusqu’en 2014 cela a fonctionné sur ce modèle. Je n’étais pas une personne qui faisait de l’intradray ou même du scalping cela ne m’a jamais attiré. J’étais déjà à l’époque ce que l’on appelle un swing trader sur action qui s’ignore.

Comme celle-ci je peux encore vous en dire quelques-unes. Le constat est je ne savais tout simplement pas où j’allais, ni plan de route, d’objectifs, de filet de sécurité rien, c’était vaille qui vaille ! Aucun moneymanagement, je n’ai découvert ce terme que plus tard.

Le problème avec les biotechnologies c’est leur volatilité, voir des actions avec des progressions journalières à 2 chiffres voir même 3 cela fait juste rêver. Mais la bourse n’aime pas le rêve parce que la chute est tout aussi rapide.

Première prise de conscience

C’est à ce moment-là que j’ai pris conscience que la chance est incompatible avec la bourse. Mes premières pertes latentes plus ou moins conséquentes sont arrivées avec le fameux slogan pas vendu pas perdu que tout le monde connait. Néanmoins j’ai survécu puisqu’instinctivement j’ai toujours diversifié et limité la taille de mes positions, mais les pertes ont dû être encaissées.

A partir de ce moment-là un retour à la réalité s’est opéré dans ma tête. Je suis passé de l’excitation puis à l’incompréhension et enfin au dégoût. Je me suis dit que les marchés n’étais finalement peut être pas pour moi tout compte fait. Je suis un technicien après tout.

La révélation de l’analyse technique

Une année est passée, cette année à été à l’écart des marchés financiers. Ma vie professionnelle a été également plus présente aussi, parce que oui j’étais et je suis toujours salarié. Cette longue pause a été salutaire pour moi.

Et puis un jour j’ai découvert l’analyse technique, un peu par hasard au détour d’un article sur un forum qui parlait de Stan Weintein. Son livre a révolutionné ma manière de penser, l’analyse technique est réellement rentrée dans ma vie à ce moment-là. Les meilleures rencontres sont toujours le fruit du hasard et celle-ci ne déroge pas à la règle.

J’ai découvert des techniques, des plateformes tout un univers que je ne connaissais pas. Cela m’a plu de suite. Comme tout nouveau domaine d’expertise il a fallu l’appréhender, le découvrir, le dompter, mais au final je ne regrette rien. J’ai appris à lire un graphique correctement avec les bons outils, à utiliser des indicateurs, à tester.

J’ai pu connaître mes premiers succès maîtrisés mais également mes premières pertes maîtrisées, parce que oui je fais toujours des mauvais choix aux conséquences bien réelles mais qui sont bien moindre dorénavant, et c’est la clé du succès selon moi c’est la maîtrise. Cela n’arrive pas immédiatement en revanche, la motivation, la persévérance et la passion m’ont aidé à traverser cette phase.

La gestion de mes émotions

Cela m’a apporté une maîtrise, une confiance que je n’avais jamais ressentie mais attention, pas une confiance aveugle mais plutôt une humilité envers les marchés. Il faut savoir l’accepter, le marché aura toujours le dernier mot il ne faut pas se leurrer. Nos émotions sont notre pire ennemi. Il faut simplement être malléable et s’adapter. Cela passe par la connaissance inévitablement. Tout ce qui est inconnu nous effraye mais devient plaisant une fois connu.

Le besoin de partager

Cela fait maintenant plusieurs années que je fais mes propres analyses graphiques pour moi-même ou quelques personnes qui m’entoure, cela me convenait. Puis ce désir de partager d’échanger et de rompre ce côté solitaire s’est affirmé de plus en plus au fil du temps. J’ai commencé par poster mes analyses d’actions sur un site de partage en trading et puis la création de ce blog est devenue une évidence pour moi.

Comme je l’ai dit au début je reste un passionné, cela veut dire que je suis toujours salarié du privé. Je ne vis pas du trading. J’ai simplement une bonne organisation de mon temps entre mon travail, ma vie privée, ma routine de trading et dorénavant ce blog. Cela commence à faire pas mal je l’admets.

Je souhaite réaliser un blog convivial ou le désir de s’informer et de s’instruire sont les maîtres mots. Un blog qui me ressemble, qui évoluera.

Je suis un éternel curieux que ce soit pour la bourse mais également pour d’autres domaines. On ne cesse jamais d’apprendre.

860e4a7c30597babe3651ba94d5196a6uuuuuuuuuuu
Tweetez
Partagez
+1
0 Partages