Comprendre la Tendance en bourse

Abordons maintenant dans ce nouveau cours le principe central de l’analyse graphique : La tendance.

Avant de débuter ce cours si les termes « analyse graphique » et « zones de supports et de résistances » provoquent encore en vous une certaine incompréhension, rassurez-vous, tout est décrit ici :

Présentation de l’analyse graphique

Le principe des zones de support et de résistance

La tendance, un terme que l’on entend régulièrement sur internet et les réseaux sociaux sans que l’on sache vraiment quoi en faire et comment l’utiliser.

Dans ce cours:

  • Définirons la tendance sur un actif avec ses différentes phases.
  • Expliquerons la théorie de Dow pour l’identifier correctement.
  • Mettrons en pratique avec un cas concret sur le titre BNP Paribas.

1. Définissons la tendance sur un actif

Entrons dans le vif du sujet.

Un des piliers de l’analyse graphique est de mettre en évidence une tendance sur un actif.

Cette tendance est l’élément pivot dans nos analyses graphiques, elle est la conséquence des mouvements du prix, eux-mêmes guidés par nos émotions.

Elle permet de visualiser la direction que prend ou prendra notre actif en fonction de la cassure de ces zones de support ou de résistance par son prix.

Elle reflète donc l’état d’esprit des opérateurs : L’euphorie, la panique, le doute…

Cet outil permettra de maitriser nos décisions de prise de position en visualisant cette direction.

Il est donc primordial d’identifier correctement cette tendance avant d’envisager de prendre position sur un actif.

Une devise connue sur les marchés que vous devez retenir : The trend is your friend, la tendance est votre ami.

1.1 Le cycle de la tendance

Le sens de la tendance déterminera donc si nous devons être à l’achat ou bien à la vente sur un titre.

Une tendance passe nécessairement par 4 phases :

  • L’accumulation
  • L’avancée
  • La distribution
  • Le déclin

Ces phases sont d’autant plus importantes que la tendance est longue.

Voici le graphique de Wyckoff qui schématise ces 4 phases.

Les cycles de Wyckoff sur l'évolution d'un titre en bourse

La phase d’accumulation

Durant cette phase l’actif est délaissé par le marché, celui-ci évolue horizontalement sans direction réellement définie.

Néanmoins, des achats sont effectués par quelques initiés et des investisseurs qui anticipent la fin du marché baissier. Attention, Il s’agit d’une anticipation de la nouvelle.

Les acheteurs prennent alors le pouvoir sur le titre. Les volumes de transactions ne sont pas très élevés, mais un début de tendance se dessine.

La phase d’avancée

Cette seconde phase est dominée par l’optimisme. La nouvelle est connue du grand public, la tendance sur le titre se renforce avec l’arrivée de nombreux intervenants qui décident de suivre cette tendance.

Le volume des transactions augmente avec une progression rapide du prix.

La phase de distribution

Cette 3ième phase reste dominée par les bonnes nouvelles mais les premiers investisseurs prennent leurs bénéfices

La force du mouvement commence à s’affaiblir, le prix latéralise de nouveau.

La phase de déclin

Cette dernière phase est la plus mécomprise. Les actualités sur le titre sont bonnes mais le prix entame tout de même une nouvelle séquence baissière.

Les investisseurs particuliers continuent d’arriver, attirés par les bonnes perspectives et l’impression de réaliser une bonne affaire après la 1ère séquence de chute.

Néanmoins à ce stade le titre est maintenant correctement valorisé. En l’absence de nouveaux catalyseurs le marché anticipe au mieux une stagnation des données fondamentales, le prix chute.

Ces 4 phases sont les éléments centraux de la stratégie de  Stan Weinstein basée uniquement sur les mouvements du prix.

Retrouvez son livre et 2 articles que j’ai écrit ici. J’explique dans le détail sa stratégie basée sur les phases que traverse le prix.

2 Identifier une tendance selon la théorie de Dow

Avant d’aborder le sens de la tendance, parlons d’une des théories fondatrices de l’analyse technique et graphique créé par un journaliste financier américain du 19ième siècle, un certain Charles Henry Dow.

Ce nom vous parle ? C’est normal il a créé le premier indice boursier qui classe les entreprises par secteur : Le Dow Jones Industrial average index.

A cette époque, l’industrie est en forte croissance, les produits manufacturés sont principalement transportés par le chemin de fer et par bateau, il crée donc un 2ième indice, le DOW Jones Rail Road average (devenu Dow Jones Transport) (voici le lien vers Wikipédia).

Selon Charles Dow les marchés sont le reflet de toutes les informations disponibles et susceptibles d’influencer le prix sur une action, une matière première, une devise… Ce prix retranscrit donc tous les facteurs qui forment l’offre et la demande.

C’est le principe d’une analyse graphique, elle ne s’intéresse qu’à l’action sur le prix et non aux données fondamentales des entreprises et des statistiques économiques. Nous avons déjà longuement évoqué ce concept de l’efficience du marché dans notre cours sur le modèle fondamental.

Selon sa théorie il est donc impossible d’obtenir de meilleurs résultats que le marché si ce n’est avec de la chance puisque celui-ci intègre déjà toutes les informations disponibles. Il est impossible de prédire l’avenir.

Et maintenant ? A quoi bon réaliser des analyses graphiques alors ?

Je rappelle que nous sommes à la fin du 19ième, internet n’existe pas et les informations boursières sont éparpillées.

Les 2 indices boursiers qu’il crée répondent à cette problématique et permettent d’obtenir une vision globale du marché avec toute l’information possible.

En poursuivant ses recherches il repère ainsi des modèles semblant se répéter sur les marchés, des tendances sur le prix.

A partir de ces prémices, il élabore des modèles puis une théorie.

Cette théorie de Dow possède 2 règles :

  • l’analyse des sommets et creux sur le prix
  • La relativité des mouvements

Etudions en détail ces 2 règles.

2.1 L’analyse des sommets et des creux sur le prix

Selon sa théorie le prix sur un actif ne monte jamais en ligne droite, il est une succession de creux et de sommets quelque soit l’horizon de temps.

Retranscrit sur nos graphiques, nous pouvons déduire 3 types de tendance.

  • Une tendance haussière
  • Une tendance baissière
  • Une tendance neutre

Tendance haussière

Une tendance haussière selon la théorie de Dow

Le prix réalise des plus hauts de plus en plus hauts et des plus bas de plus en hauts.

Tendance baissière

Une tendance baissière selon la théorie de Dow

Le prix réalise des plus hauts de plus en plus bas et des plus bas de plus en bas.

Tendance neutre

Une tendance neutre selon la théorie de Dow

Le prix réalise des plus hauts de plus en plus hauts et des plus bas de plus en bas.

Ce principe peut s’appliquer sur n’importe quel marché et très facile à appliquer puisqu’il utilise les zones de réaction sur le prix que l’on a vu dans le cours précédent.

Cette approche bien qu’énoncée au 19ième est toujours d’actualité. Elle reste la plus simple à mettre en œuvre lorsque l’on débute, il nous suffit d’observer un graphique de prix en chandelier japonais, rien de plus.

Dernier point, nous observons le prix « en direct », il n’y a donc pas de latence comme avec un indicateur technique qui se base sur le passé (Nous en parlerons dans le cours sur les indicateurs techniques).

Cette première règle est très efficace avec un prix en phase de tendance haussière ou baissière.

Appliquée correctement, elle est redoutable pour le suivi de tendance et permet de prendre des décisions qui ne vont pas contre la tendance dominante du titre.

Nous venons d’aborder le premier côté de sa théorie.

2.2 La relativité des mouvements selon Charles Dow

Précisons davantage les choses.

Nous venons de voir que le mouvement du prix n’est qu’une succession de creux et de sommets. Ces creux et sommets suivant leur orientation dessinent une tendance haussière, baissière ou neutre mais jusqu’à présent nous n’avons pas défini d’horizon précis pour cette tendance.

La tendance que nous observons est-elle mensuelle, hebdomadaire, journalière voire horaire ou moins ? Aucune idée, en l’état actuel c’est insuffisant pour passer à la pratique.

En réalité il n’existe pas une seule tendance sur le prix mais plusieurs, définies suivant différents horizons de temps.

Ces différentes tendances constituent le 2ième pilier de la théorie de Dow.

L’imbrication des différentes tendances entre elles à l’image des poupées russes.

Selon Dow une tendance peut se décomposer en trois parties.

  • La tendance primaire
  • La tendance secondaire
  • La tendance tertiaire

Un petit schéma:

La relativité des mouvements selon la théorie de Dow

Il est donc tout à fait possible, comme le montre le schéma précédent d’obtenir sur un même graphique plusieurs tendances orientées dans des sens contraires. Ces tendances ne sont pas en contradiction puisqu’elles concernent des horizons de temps différents.

Un indice, une action, une devise ou même une matière première peut donc avoir une tendance primaire baissière mais une tendance secondaire haussière et une tendance tertiaire très court terme neutre.

Prenons la métaphore très connue de l’océan pour illustrer notre exemple.

Celui-ci possède un phénomène de marée montante avançant par vagues successives, avant d’entamer une marée descendante reculant de nouveau par vagues successives. Puis un nouveau cycle redémarre.

Appliquons cette métaphore à nos tendances.

La tendance primaire serait le sens de la marée. Elle s’observe sur un horizon long terme et ne se distingue pas immédiatement. Nous devons longuement observer la plage pour discerner un changement au fil des minutes puis des heures.

Appliqué à nos graphiques nous devons nécessairement prendre du recul avec des unités de temps longues comme de l’hebdomadaire ou du mensuel. Cette tendance s’étend sur plusieurs années et établit la principale direction de l’actif.

La tendance secondaire serait les vagues. Chaque vague lèche la plage au fil de la marée avec une intensité plus ou moins forte. Ce reflux des vagues est beaucoup plus court en temps, une dizaine de secondes mais globalement lors de la marée montante les vagues progressent sur la plage malgré ce reflux court terme. L’inverse est vrai pour la marée descendante.

Appliqué de nouveau à nos graphiques une unité de temps plus courte comme le journalier permet d’observer des mouvements de quelques jours à quelques semaines. Elle est nécessairement plus courte que la tendance primaire et traduit des mouvements de correction du prix sans pour autant remettre en cause la tendance de fond primaire.

La tendance tertiaire serait simplement le clapotis de l’eau au sommet de ces vagues. Ce clapotis n’influence pas assez la vague pour la remettre en question, mais provoque une agitation très court terme à son sommet.

Sur nos graphiques l’unité de temps serait cette fois-ci de l’horaire ou même de la minute, ces mouvements durent quelques heures à quelques jours seulement. Ces fluctuations mineures sont du bruit pour court terme pour un investisseur moyen terme. Elles sont donc uniquement intéressante pour du trading intraday

 

Poussons notre métaphore plus loin encore. La marée change de sens tous les 6h et réalise un cycle en 12h (environ), ce cycle se répète depuis la nuit des temps.

Que se passe-t-il lorsque ce cycle arrive à son apogée ?

La marée, donc l’océan ne progresse plus sur la plage, malgré tout, le mouvement des vagues et du clapotis restent présents. Une courte phase de plateau se met en place avant que la marée ne s’inverse.

3 Cas concret avec notre titre BNP Paribas

Observons ces différentes tendances avec notre exemple qui nous suit depuis le début de cette série de cours.

Tout d’abord, un premier graphique en unité mensuelle avec un horizon de temps sur 24 ans tout de même.

On observe 3 tendances primaires :

  • La 1ere haussière de l’année 1998 à 2007
  • La 2ième baissière de l’année 2007 à 2012
  • La 3ième neutre de l’année 2013 à maintenant (2021)
Graphique de tendance sur le titre BNP Paribas

Etudions plus en détail la 1ere tendance primaire haussière.

3.1 La tendance primaire

En unité mensuelle nous observons que les sommets et les creux sur le prix sont bien de plus en plus hauts.

Néanmoins sur ces 11 années le prix n’est monté en ligne droite que sur la période 2003 – 2007.

Des corrections importantes ont eu lieu entre 1998 – 1999 et 2002 – 2003 mais observez bien en parallèle les creux et les sommets, ils sont toujours de plus en plus hauts.

La tendance très long terme reste haussière malgré ces fortes corrections sur le prix.

Définir la tendance primaire sur le titre BNP Paribas

3.2 La tendance secondaire

Ces corrections se sont produites sur la tendance secondaire.

Analysons le prix avec un graphique en unité plus courte comme du journalier sur la période baissière de 2002 – 2003, focalisons notre attention uniquement sur une seule année.

Sur ce laps de temps le prix est dans une tendance baissière bien établie.

Des rebonds se produisent mais à chaque fois les sommets sont de plus en plus bas.

Définir la tendance secondaire sur le titre BNP Paribas

Ici aussi la baisse ne se fait pas en ligne droite, des phases de rebond du prix plus ou moins marquées ont pris forme régulièrement, mais la tendance baissière secondaire l’emporte à chaque fois.

3.3 La tendance tertiaire

En réduisant encore l’unité de temps au journalier ou même du 4h nous distinguons plus en détail notre tendance tertiaire court terme, elle-même avec des phases de repli.

Définir la tendance tertiaire sur le titre BNP Paribas

3.3 Conclusion sur l'exemple

Vous venez de le voir, une tendance haussière ou baissière sur un actif ne veut pas dire grand-chose en soi.

Elle peut très bien être haussière sur du très long terme comme de l’hebdomadaire / mensuelle.

Etre baissière sur du journalier ou du 4h à horizon de quelques semaines

Etre haussière à l’intérieur d’un range sur du court terme.

Faites-moi plaisir ! Ne dites plus qu’un actif est en tendance, cela ne signifie rien et entrainera  plus de questions que de réponses.

2 informations manquent :

  • 3 tendances existent : haussière – baissière – neutre. De laquelle parlez-vous ?
  • Votre graphique de prix est sur quelle unité de temps : m1-m5-H1-H4-D1-H1… ?

Remarques importantes:

Cet exemple est construit sur un investisseur/ trader ayant une vision moyen terme.

Pour lui :

  • Un horizon long terme s’établit sur plusieurs années : 1 à 3 ans
  • Un horizon moyen terme sur 6 à 9 mois
  • Un horizon court terme de quelques semaines à 3 mois.

Maintenant un day trader ou même un scalper n’auront évidemment pas les mêmes références pour déterminer une tendance.

Pour un day trader, son court terme sera un graphique en minute et son long terme du 4H. On est très loin des mois.

Un scalper sera sur du graphique en minute et en seconde. Un graphique en 30 min sera du long terme pour lui.

Ce qu’il faut retenir

L’importance est de connaitre son unité d’intervention. Elle nous servira de référence.

Nous voulons prendre position sur une unité journalière ou du 4h ? Notre tendance primaire sera donc définie par une UT plus longue soit au mieux de l’hebdomadaire.

Un investisseur pratiquant le trading dans le sens de la tendance doit toujours avoir en tête le sens de la tendance long terme. En effet les tendances longues prédominent sur les courtes.

C’est toujours l’unité de temps la plus longue qui a le dessus, soit le mensuel.

Si vous voulez maximiser l’espérance de gain de vos futurs trades restez toujours dans le sens de la tendance directive. En effet, les plus gros décalages sont toujours réalisés dans son sens.

Développez votre capital – Maîtrisez votre trading

Votre livre pour comprendre et gérer votre réussite dans vos investissements boursiers

Devenez efficace dans votre trading en mettant en place des méthodes et processus.

Arrêtez de souffrir en trading

Conclusion

Tout d’abord, apprenez à vous connaître, décidez ensuite de votre unité de prise de position.

Déterminez en premier la tendance long terme sur un actif  avant de réaliser toute analyse graphique du prix.

Le sens de la tendance déterminera votre entrée en position, soit à l’achat ou bien à la vente même sur des unités plus courtes. Vous éviterez ainsi de vous retrouver à contre tendance.

Malgré tout, il est tout à fait possible de trader à contre tendance. De nombreux traders exploitent les retournements de tendance à leur avantage.

Cela nécessite de l’expérience sur la détection des figures chartistes (Nous les détaillerons dans un prochain chapitre) avec une très bonne gestion du risque.

Car n’oubliez pas…. vous êtes contre la tendance principale !

Pour utiliser une image, vous nagez à contre-courant. Cela reste possible mais ne s’adresse pas à une personne qui vient juste d’apprendre à nager.

En trading c’est la même chose. On peut gagner, certains traders y arrivent très bien. Simplement ne raisonnez pas en terme de facilité, c’est un leurre.

Une tendance haussière peut se prolonger x fois mais ne se retourne qu’une seule fois.

Des pauses peuvent intervenir pendant celle-ci mais on ne passe pas d’une tendance haussière à baissière immédiatement, il y a toujours une zone de neutralité au milieu.

On entend souvent l’affirmation « le prix est sans tendance » ce n’est pas vrai. Le prix peut prendre 3 tendances distinctes.

  • Haussière
  • Baissière
  • Mais aussi Neutre

Ne tournez jamais le dos à la tendance, elle est votre amie.

Il n’est pas interdit d’avoir des actions pour du long terme et d’autres pour du plus court terme.

Apprenez simplement à bien dissocier vos analyses techniques et les unités d’intervention pour chaque actif.

En effet, si vous souhaitez prendre position sur un actif pour plusieurs mois au minimum ne regardez pas votre graphique avec une unité de temps courte, comme du 1h, c’est inadapté.

Mettez votre graphique en adéquation avec votre vision.

En parallèle de cette série de cours,  je vous conseil vivement le livre sur l’analyse technique de John Murphy mais également dans un second temps celui sur l’analyse graphique des tendances boursières.

Bien évidement des éléments sont communs, mais il rentre plus dans le détail au niveau des configurations graphiques.

Ces lectures compléteront parfaitement ces cours.

Ce cours vous a été utile? Si oui, n’hésitez pas à le partager! Une question? J’adore la critique constructive, je vous encourage à la poser!

4.5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
14 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
Willy LaFumey
2 années il y a

Ce cours est pertinent!

Darius
1 année il y a

Merci infiniment.
Pour le partage désintéressé de votre expérience qui est rare de nos jours .
Moi aussi j’ai connu la chance de débutants qui a vite viré au cauchemar. Passé du + 30 a – 40 la glissade m’a scotché au mur. Les biotechs 😪 le rêve de devenir riche pour les débutants.
Je suis restée en apnée plusieurs mois ,de swing passe par intrad. chaotique et nerveux a la recherche de mon créneau. Depuis 6 mois je remonte la pente , plus que 20 %..😉

mathias
1 année il y a

c’est claire et bien précis. j’aime xa

doudou
1 année il y a

Bonjour,

Très bon support de cours cela met les choses à plat et simplement.
Merci pour l’enseignement et le partage

Si je peux me permettre je fais remonter une erreur surement de frappe quand vous évoquez la tendance baissière en graphique. Il est écrit haussière au 2.3

Ternet
1 année il y a

Merci beaucoup c’est très intéressant et bien amené

Boris
1 année il y a

Bonjour,
Dans le partie 3, vous mentionnez un cercle rouge sur un graphique qu’on ne voit pas.
A part ça c’est super !

Benoist Comes
3 mois il y a

Simple, précis et clair.
Très bien, à lire et à relire.