Les moyennes mobiles

Le cours est actuellement en modification.

Nous entrons maintenant avec cette série de cours dans le détail des différents éléments constitutifs de l’analyse technique. Les 3 précédents cours initiatiques sur la: 

sont un préalable indispensable pour bien comprendre ces cours dans les meilleures conditions.

Sur un graphique le prix symbolise l’état de l’actif à l’instant T. 

Nous allons voir dans ce cour qu’il peut être utile de rajouter des indicateurs techniques. 

Alors évidement ne tombez pas dans l’excès mais sachez qu’un indicateur de tendance ou bien les bandes de Bollinger sont des indispensables à avoir.

Dans ce cours nous traiterons uniquement des moyennes simples ou arithmétiques. Sachez qu’il existe des moyennes pondérées ou bien exponentielles.

1.Présentation

La fonction première d’une moyenne est de lisser les amplitudes d’un actif et ainsi de mettre en évidence une tendance

Elle fait partie des indicateurs de tendance

Elle fonctionne sur toutes les unités de temps et est très simple d’utilisation, ce qui en fait l’indicateur le plus utilisé par les traders. Si vous deviez en utiliser qu’un ce serait celui-là. (Avec les volumes tout de même).

Il existe plusieurs type de moyenne mobiles qui se basent toute sur le même principe mais leur formules de calcules diffèrent légèrement

1.1.Les différents types de moyennes mobiles

Moyenne mobile arithmétique : Tous les prix sont calculés avec le même coefficient.  Elle est moins réactive que les autres mais est considérée comme plus fiable. Ce sont les swings trader qui l’utilise.

Moyenne mobile exponentielle : Des coefficients en % sont appliqués aux derniers prix ce qui a pour effet que la moyenne colle plus au prix. Elle est ainsi plus réactive en cas de changement de tendance mais génère également plus de faux signaux. Ce sont les traders agressifs qui l’utilisent.

Moyenne mobile pondérée : Elle ressemble à l’exponentielle avec ses mêmes avantages et inconvénients mais les coefficients appliqués sont des valeurs et non des %. Exemple x2 –x3 …

D’autres calculs de moyenne existent comme à lissage multiple ou bien adaptative mais clairement ce ne sont pas les plus utilisées.

Dans cette fiche nous traiterons uniquement des moyennes simples ou arithmétiques.

2. La moyenne mobile arithmétique

Le calcul d’une moyenne mobile arithmétique (ou simple) est excessivement facile. Il suffit d’additionner les cours de clôture de plusieurs périodes et diviser par ce même nombre de période.

Voici une moyenne ajoutée sur notre graphique avec des chandeliers japonais (voir Fiche Chandelier japonais). On voit très nettement que les amplitudes sont lissées. Sur cet exemple nous n’avons qu’une moyenne, celle à 7 périodes.

Présentation des moyennes mobiles
La moyenne mobile

Il n’est pas interdit voir même recommandé d’utiliser plusieurs moyennes mobiles sur ses graphiques. Alors évidement il ne faut pas en afficher 10, cela surchargerait inutilement le graphique et vous ne seriez plus en capacité de prendre une décision. 

On peut raisonnablement en utiliser  4 mais pas plus.

Alors lesquelles choisir ? C’est une question intéressante.

Vous pourriez choisir une moyenne à 2 périodes par exemple, la courbe générée sera alors excessivement près du prix. Je vous rappelle qu’une moyenne sert à lisser les amplitudes donc je n’en vois pas vraiment l’utilité dans ce cas présent. 

Au contraire vous pouvez très bien en utilisé une à 500,600 ou 800 périodes, cette fois-ci c’est trop, les amplitudes seront tellement lissées qu’elle en sera inexploitable également.

Alors lesquelles ? Comme je l’ai dit une moyenne est un indicateur et plus un indicateur est suivi et utilisé plus celui-ci sera pertinent pour votre trading. On utilisera principalement la m7, m20, m50 et m200.

On se place dans le cas où les périodes sont journalières.

La m7 correspond à une tendance de court terme.

La m20 correspond à une tendance de court-moyen terme

La m50 correspond à une tendance moyen terme

La m200 à une tendance longterme

Plusieurs moyennes mobiles sur le graphique du prix
Plusieurs moyennes mobiles

2.1. Comment les utiliser ?

2.1.1. Exploiter les croisements de moyennes

Si la courbe de notre m7 était ascendante cela signifiait que la tendance de notre actif était haussière à court terme. Maintenant si celle-ci commence à se retourner et croise la m20 qui est elle commence à peine se retourner (puisque calculé sur 20 périodes). Si on décrypte la psychologie des intervenants cela veut dire que le vent commence à tourner et que la tendance haussière peut devenir  neutre ou bien baissière.

A l’inverse un croisement de la m20 par la m7 signifie un changement de tendance.

Regardé de nouveau notre graphique.

Exploiter les croisements de moyennes mobiles
Les croisements de moyennes

Un croisement de moyennes mobiles est significatif dans un marché directionnel, soit haussier ou baissier. En revanche celles-ci seront inefficace dans ce que l’on appelle un marché en range, qui latéralise. Le prix oscillera autour de ces moyennes sans direction clair.

2.2.2. Exploiter la position du prix par rapport aux moyennes

Si le prix se situe au-dessus de sa m20 elle-même au-dessus de la m50 alors nous pouvons en déduire que la tendance de moyen terme est haussière.

De même Si le prix se situe au-dessus de sa m50 elle-même au-dessus de la m200 alors nous pouvons en déduire que la tendance de long terme est haussière.

  • Un changement de tendance de court terme intervient quand le cours franchi à la hausse ou à la baisse sa m20
  • Un changement de tendance de moyen terme intervient quand le cours franchi à la hausse ou à la baisse sa m50.
  • Un changement de tendance de long terme intervient quand le cours franchi à la hausse ou à la baisse sa m200.

Si le prix ne fait qu’osciller autour d’une moyenne court terme et reste ancré au-dessus d’une moyenne long terme par exemple, la tendance devient alors neutre au regard de cet indicateur.

Présentation des moyennes mobiles
Exploiter la position relative

3. Pour résumer

Les moyennes mobiles sont un précieux allié pour déterminer une tendance mais comporte des faiblesses. 

Elles sont à utiliser en combinaison avec les figures chartistes et les chandeliers japonais, en effet tous les croisements ne se valent pas.

Les +

  • Permet de déterminer une tendance grâce à la position relative du prix.
  • Permettent d’obtenir des zones de supports.

Les

  • Leur mode de calcul fait que par nature elles sont en retard sur le prix.
  • Elles ne permettent d’avoir des signaux d’achat.

Une dernière phrase importante que vous devez toujours avoir en tête :

Il n’existe pas d’indicateur miracle en analyse technique.

Chaque indicateurs à ses point forts et ses points faibles mais utilisé judicieusement en combinaison ils offrent de très bon résultat.

Ce cours vous a été utile? Si oui, n’hésitez pas à le partager! Une question? J’adore la critique constructive, je vous encourage à la poser!

Laisser un commentaire

18311061b80b0e7c49aec100c063398e$$$$$$$
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez