Le principe des supports et résistances sur l'action du prix

Continuons avec ce 3ième cours et progressons encore dans l’utilisation réelle de l’analyse graphique.

Vous ne plissez plus les yeux si on demande ce qu’est le principe de l’analyse graphique ?

Il reste un doute ? Le cours complet de présentation sur l’analyse graphique est ici.

Avant de continuer, nous partons également du constat que la représentation en chandeliers japonais du prix vous est familière, ce n’est pas le cas ?

Petite séance de rattrapage express ici : La représentation du prix sur nos graphiques.

Abordons maintenant les éléments que nous rencontrerons sur nos graphiques pour une utilisation concrète. Encore une fois rien de mystérieux.

Vous vous souvenez de cette phrase du 1er cours ?

Nos analyses se basent sur l’étude du comportement passé d’un actif pour en prévoir son évolution future.

Ce n’est pas une science exacte puisque que nous exploitons la psychologie des foules et les zones de congestion du prix. Nous exploitons les probabilités.

La valeur ajoutée de l’analyste n’est pas de prévoir 6 mois à l’avance où sera le prix mais bien de déterminer des probabilités de direction en fonction des éléments tangibles disponibles sur son graphique de prix.

  • Des éléments graphiques
  • Des éléments techniques

Ces éléments nous permettrons de cadrer le prix de l’action graphiquement et techniquement.

Dans ce cours nous aborderons 2 principes :

  • Celui des zones de réaction
  • Celui du changement de polarité

Ces 2 principes nous permettrons de déterminer des zones de supports et de résistances pour le prix.

Enfin nous aborderons le problème du manque de liquidité sur un titre.

1. L’étude des zones de réaction sur le prix

Commençons par étudier le mouvement du prix en chandelier japonais. Sur notre graphique il n’y a que le prix de présent, pas d’indicateurs ni de tracés, le but est de se focaliser uniquement sur le prix.

En observant son historique apparait une succession de creux et de sommets.

Nous appellerons par la suite ces creux et sommets, des plus bas et des plus hauts, réalisé par le prix.

Dans le 1er cours nous avons énoncé cette règle :

Le prix conserve en mémoire les zones où celui-ci a réagi dans le passé.

Les zones de réaction sur le graphique du prix

Reprenons notre graphique du titre BNP Paribas. Ce graphique est en unité journalière, chaque chandelier correspond donc à une journée de cotation sur le titre.

Nous détaillerons ce principe dans le cours dédié aux chandeliers japonais rassurez-vous.

Chaque plus haut et plus bas du prix est repéré par une pastille.

Observons attentivement le positionnement de nos pastilles.

  • La pastille 1 est une zone de rebond pour le prix. Ce niveau est conservé en mémoire puisqu’il permettra 20 jours plus tard au prix de rebondir de nouveau (pastille 3) et même une 3ième fois avec la pastille 5. Le prix conserve effectivement en mémoire son activité passée.
  • Les pastilles 2 et 4 ainsi que 6 et 8 ont le même fonctionnement avec un prix mit en échec cette fois-ci.

1.1 Observons nos zones de réaction sur d’autres unités de temps

Dans le cours précédent sur la représentation temporelle du prix nous avons démontré qu’il était nécessaire d’apprendre à jongler avec différentes unités de temps.

Sur le graphique précédent nous étions en unité journalière, personnellement c’est mon unité de référence.

Je l’écris et le démontre dans mon livre numérique, prenez le temps d’observer votre actif sur différentes unités de temps pour vous faire une première idée du comportement historique du prix.

Observons l’axe horizontal, l’horizon de temps s’étend maintenant sur 2 années au lieu de 6 mois.

Réalisons le même exercice avec des pastilles sur chaque plus hauts et plus bas. Certaines zones moyen terme cette fois ressortent nettement.

2. Déterminer des zones de support et de résistance pour le prix

Une résistance matérialise un niveau du prix où celui-ci a mis un terme à sa progression haussière. Sur nos graphiques cela se traduit par un échec sur un niveau suivit au mieux d’une latéralisation mais surtout d’une baisse.

Un support possède la logique inverse. Le prix a stoppé sa chute sur un niveau, à latéralisé puis a rebondi sur cette zone. Ce sont nos zones de réactions.

Si maintenant nous relions toutes nos zones de réactions nous obtenons naturellement des zones de résistances et de supports pour le prix.

Regardons ce que cela donne pour notre graphique journalier.

Au niveau des pastilles 1 – 3 – 5 nous pouvons naturellement les relier et constituer une belle zone de support pour le prix si celui-ci est amené à y retourner.

Idem pour les pastilles 2 – 4 et 6 – 8 nous pouvons les relier ensemble, nous obtenons 2 zones de résistances.

Pour le graphique en hebdomadaire observez bien la position des différentes zones de réaction et refaite l’exercice pour vous entrainer. Certaines zones moyen terme ressortent également sur notre graphique en journalier.

Il est important de réaliser la distinction entre une zone de résistance moyen terme et court terme.

Nous l’avons vu le moyen terme est une unité longue, une zone de résistance moyen terme s’étend donc sur un horizon de temps au minimum de plusieurs mois voire de plusieurs années pour du très long terme.

Il est donc primordial de prendre en compte cette donnée lorsque vous réalisez vos analyses graphiques. Vous pourrez très bien la réaliser sur une unité courte comme de l’horaire mais n’oubliez pas que si le prix casse à la hausse cette résistance de regarder ou se trouve la prochaine résistance moyen terme.

Le risque sera de se retrouver devant un mur infranchissable pour le prix. En revanche si cette cassure court terme concorde avec une cassure moyen terme les probabilités seront grandement améliorées et l’effet décuplé.

2.1 Le principe du changement de polarité

Abordons maintenant un des principes les plus importants en analyse graphique :

Le changement de polarité : Un support cassé devient résistance. Une résistance cassée devient support.

Reprenons nos pastilles 2 et 4, le prix est mis en échec sur le niveau des 53.5€. Celui-ci reflue de nouveau pour rebondir une 3ième fois sur la pastille 5 mais ensuite le prix retente une nouvelle fois les 53.5€ et réussi cette fois à passer, le prix a cassé à la hausse ce niveau.

Sa progression haussière continue avec un échec sur la pastille 6 et revient sur le niveau des 53.5€. Cette fois-ci la situation est inversée. Ce niveau ne se comporte plus en résistance mais bien en support avec le prix qui rebondi dessus.

Nous venons de décrire le principe des zones de support et de résistance, elles sont simplement la retranscription de cette mémoire.

2.2 Les différents types de support et de résistance

Nous venons de voir que les zones de réaction sont en réalité un niveau de prix déjà atteint par celui-ci dans le passé.

Il existe différents types de résistances et supports en analyse graphique comme :

  • Un niveau de prix déjà atteint dans le passé
  • Un niveau psychologique (ex: chiffre rond)
  • Un objectif chartiste haussier ou baissier
  • Un indicateur technique

L’objectif chartiste utilise les tracés que nous réalisons sur nos graphiques. Ces tracés permettent de relier ensemble plusieurs sommets et creux entre eux.

Nous pouvons construire des supports obliques haussiers ou baissiers ainsi que des résistances obliques baissières ou haussières.

Comme indicateur technique prenons le plus simple : La moyenne mobile

Voici quelques tracés réalisés sur notre graphique du titre BNP.

Pour le moment nous avons simplement survolé toutes ces notions de tracés chartistes et d’indicateurs techniques.

Rassurez-vous nous détaillerons tout ceci dans les cours sur la tendance, les figures chartistes et les indicateurs techniques.

2.3 Le problème du manque de liquidité

J’aimerai attirer votre attention sur un point important : Le manque de liquidité sur le titre.

Ce manque de liquidité ou de volume signifie en réalité qu’il ne se passe pas grand-chose sur le titre en question. Le carnet d’ordre de la valeur est creux.

Concrètement cela se traduit par un spread élevé dans le carnet. Sans rentrer dans le détail retenez que l’écart entre la meilleure offre à l’achat et la meilleure offre à la vente est important.

  • Fluctuation erratique du prix
  • Mèches de chandeliers extrêmement longues
  • Aucunes ou peu de transaction sur le titre

Cela se traduit sur le graphique par la présence de mèches très longues sur les chandeliers et représente le moindre achat qui fait fortement décaler le prix, sans pour autant traduire réellement le comportement du titre.

Le manque de liquidité se voit également lorsque sur des périodes où il n’y a strictement aucune transaction, le chandelier japonais est un trait horizontal.

Dans ces conditions réaliser une analyse graphique cohérente est juste impossible.

Le titre BNP Paribas n’est pas concerné par ce problème même sur les unités très courtes puisque c’est un titre avec une forte capitalisation, très suivie par le marché et les analystes et coté sur le CAC40.

En revanche des titres avec une micro capitalisation, que l’on appelle les microcaps ou les smallcaps coté sur les marchés réglementés voir non règlementé possèdent beaucoup moins de volume de transaction sur les unités courtes et même journalière.

Voici le résultat en image !

Ne vous compliquez pas la tâche inutilement, de plus avoir un money mangement correct n’est pas possible dans ces conditions.

2.4 Réalisez des graphiques propres

Un dernier petit point plus personnel.

Vous le savez si vous regardez mes vidéos d’analyses graphiques sur ma chaine YouTube je milite pour que vous réalisiez des graphiques propres, épurés et surtout colorés.

La couleur n’est pas superflue, elle permet de faire ressortir tout de suite les caractéristiques importantes de vos tracés comme le sens haussier ou baissier, différencier vos zones d’objectifs ou encore de neutralité.

Limiter également le nombre d’indicateurs sur vos graphiques, ne faites apparaitre que ceux que vous maitrisez à fond.

Vos tracés ne doivent pas se superposer, si c’est le cas c’est qu’il a un problème dans le tracé puisque que celui-ci n’est pas naturel.

Et comme je le dis souvent, si ce n’est pas naturel pour vous cela ne le sera pas non plus pour le marché.

Conclusion

Résumons ce 3ième cours. Nous avons abordé le principe des zones de réaction de sur le prix, elles ne sont que la représentation réelle de la psychologie du marché, donc des intervenants sur le titre.

Elles permettent de ressentir la psychologie à l’œuvre sur l’actif à un instant T.

Le marché possède une mémoire, ces zones en sont le reflet. Elles nous permettent de déterminer des zones de support et de résistance lorsqu’on les relie ensemble.

Également retenez bien ce principe du changement de polarité, une zone de support cassée à la baisse se transformera en zone de résistance au moment où le prix reviendra à son contact.

Ce principe épargnera votre capital d’innombrables fois.

Une bonne analyse doit permettre d’identifier en un seul coup d’œil les éléments graphiques mais aussi techniques qui nous permettront de rentrer sur l’actif ou bien de rester à l’écart.

Ce premier travail d’analyse nous permettra ensuite d’en déduire une tendance sur le prix (c’est le sujet du prochain cours) et surtout de construire un scénario d’évolution. C’est la partie la plus intéressante !

Je pense que vous saisissez maintenant le concept de l’analyse graphique. Cela va plus loin que de seulement tracer des traits sur un graphique.

  • Visualiser des niveaux de résistances et de supports
  • Identifier des seuils d’interventions potentiels
  • Utiliser des indicateurs techniques

Ce cours vous a été utile? Si oui, n’hésitez pas à le partager! Une question? J’adore la critique constructive, je vous encourage à la poser!